Archives des Inspiration - Stepchange

La réinvention d’Alexandre, de banquier à arbitre de foot

Qui n’a jamais rêvé de faire de sa passion son métier ? C’est le rêve de beaucoup d’entre nous.. Mais nous pensons souvent que c’est juste une utopie et qu’il est un peu naïf de croire que cela puisse être possible.

Alors justement, aujourd’hui, nous avons envie de partager avec vous le témoignage d’Alexandre qui a réalisé une réinvention assez extraordinaire : il est passé du métier de banquier à arbitre de foot international.

Ce que nous retenons de ce témoignage, au-delà de l’énergie posée et de l’alignement qu’Alexandre dégage, c’est qu’il est passé en douceur d’un métier vers l’autre. Cela nous rappelle qu’ un changement de voie professionnelle, cela ne se fait surtout pas sur un coup
de tête, cela se prépare, de façon structurée.

Sachez que si vous souhaitez faire le point, vous pouvez toujours vous inscrire à une session découverte avec nous (Ariane ou Laetitia), nous prendrons le temps pendant une demi- heure de comprendre vos attentes et de voir si et comment nous pouvons vous aider. Cliquez sur le bouton ci dessous pour prendre directement rendez-vous dans notre agenda 

Découvrez 15 parcours de réinventions professionnelles inspirantes

« Un des moments les plus durs pour moi c’est d’avoir fait en quelque sorte mon coming out »

✅ André Simonart est passé de ‘Manager Sales & Operations’ dans le secteur automobile à ‘Meunier-Boulanger’. Il a réhabilité le moulin de son grand-père. « Les plus grands défis sont les défis humains, c’est dépasser ses propres peurs, c’est se faire confiance, c’est oser faire quelque chose de différent, c’est se détacher du regard des autres. Au début c’est surtout un combat contre soi-même. Oser quitter un métier dans lequel on est reconnu et repartir de zéro … » 

SE RÉINVENTER À 56 ANS ! 

✅ Après avoir travaillé plus de 25 ans dans des multinationales dans les départements commercial et des ressources humaines en qualité de coordinatrice de gestion de talents, Anne Samson s’est lancée à 56 ans comme INDÉPENDANTE en qualité de TRADUCTRICE, et PROFESSEUR de FRANÇAIS langue étrangère. Son BURN-OUT a été un véritable déclencheur de tout son processus de questionnement. Elle a pris conscience qu’elle devait changer de trajectoire. Son corps et son cerveau lui avaient donné tous les signes et il était temps pour elle de se réinventer.

« J’avais le sentiment de ne pas utiliser toutes mes capacités »

✅ Lionel de Liedekerke, 26 ans est le co-fondateur de Bamboo Goodness, une start-up qui en 4 ans est devenu un incontournable sur le marché alimentaire. Une histoire très inspirante !

✅ Tiffany s’est totalement réinventée, elle est passée de consultante en recrutement à gérante d’un traiteur. Découvrez son parcours ici.

Découvrez comment Anne-Sophie est passée du Marketing au Feng Shui en étant maman solo.

✅ Aujourd’hui Anne-Sophie est la Fondatrice de l’Académie du Nouveau Feng Shui, auteure et consultante en Feng Shui occidental, notamment auprès des maisons de repos pour personnes Alzheimer (référente en démence)

« Si je ne me prends pas en main maintenant, je vais m’éteindre »

✅ Sébastien a quitté son job stable en 2018 pour vivre une expérience urbaine, celle de partir marcher pendant 1 mois dans Bruxelles sans rentrer chez soi le soir et sans rien planifier. Depuis il est auteur, conférencier et entrepreneur social. Mais il est avant tout un marcheur au long cours. Il y a quelques années, il avait marché 10.000 km pour rejoindre Saint-Jacques, Rome et Jérusalem sans aucun moyens financiers.

✅ Après avoir travaillé plus de 17 ans en tant que dirigeante d’une AISBL Européenne et fait du lobby auprès des Institutions Européennes, Agnès a fondé the work-life hub avec Zoltan en 2013.

Elle y partage nous seulement son parcours, ses défis mais aussi ses conseils très pratiques pour se lancer en tant qu’indépendant ou entrepreneur

✅ Catherine a tout d’abord eu une longue carrière de 10 ans dans le monde bancaire où elle était responsable d’agence chez Belfius, ensuite elle est devenue team leader chez Euroclear, un poste avec beaucoup de responsabilités et qui correspondait à ses ambitions de l’époque. Quelques années plus tard, débordée, stressée, ne trouvant plus de sens à ce qu’elle faisait, elle décide de quitter son job pour entamer une nouvelle étape dans sa vie professionnelle et décide de rentrer dans le monde associatif en tant que directrice de l’asbl parrain-ami.

Qui n’a jamais rêvé d’ouvrir un gîte ? 

✅ Marie avait l’impression d’étouffer, de ne pas pouvoir se déployer. Elle a donc tout quitté, son emploi et la Belgique, pour trouver un lieu de ressourcement en Bourgogne du sud et y créer des gîtes. Lors de FB live, Marie nous a partagé son parcours, ses défis, ses joies et sa mission professionnelle.

✅ de consultant à fondateur de la plateforme solidaire de fundraising Naojo NAOJO est une plateforme solidaire que j’apprécie beaucoup. Il vous permet de soutenir les causes qui vous tiennent à coeur en vous offrant une chance de vivre des expériences uniques. Une opportunité pour les associations actives sur le terrain, les artistes proposant des expériences uniques et les donateurs-participants.

✅Après une carrière de 20 ans dans le secrétariat, elle est devenue professeure de néerlandais, de techniques d’organisation et d’activités d’insertion professionnelle dans une école secondaire dans le qualifiant et le professionnel.

Laurence REVAIT de lancer son PROPRE projet ! 

✅ Laurence nous a partagé son parcours inspirant d’employé à fondatrice de Lucie in the R.. Un e-shop de déco, cadeaux et accessoires avec des matières recyclées, naturelles ou renouvelables.

✅ Aujourd’hui consultant, il a refusé une offre en or (un travail qu’il aurait signé aveuglément il y a quelques années) pour se lancer dans l’inconnu.

Bob nous a partagé lors de ce LIVE ses défis et ses conseils et pourquoi il a décidé de quitter une certaine sécurité financière.

✅ Roseline d’Oreye a toujours su qu’elle serait artiste, mais consciente de la difficulté du challenge, elle a commencé par prendre un poste d’enseignante à mi-temps, à la suite de ses études d’illustration.

Tout en cherchant à développer son travail artistique, elle ne parvenait pas à en vivre suffisamment pour arrêter l’enseignement. Aujourd’hui elle y est parvenue ! Elle nous partage comment elle s’y est prise.

✅ Après dix années de barreau en tant qu’avocate, elle s’est lancée dans l’écriture (elle vient de lancer son 4ème roman : A vendre ou à Louer) et a créé la fondation Laly

Lors de ce LIVE, elle nous a partagé entre autres : – pourquoi elle a décidé de quitter le barreau et de devenir écrivain(e) – les défis qu’elle a rencontrés lors de sa réinvention – ce qui lui donne de l’énergie aujourd’hui – comment elle combine ses 2 mi-temps

La leçon de Mandela

Cela ne fait même pas un mois qu’on nous demande de rester confinés chez nous. Nous sommes en compagnie de notre famille, nous avons le droit de sortir nous aérer et pourtant c’est déjà une épreuve pour beaucoup d’entre nous, une privation de liberté.  Pour moi y compris.

Le destin de Mandela m’a toujours fascinée et en ces jours de confinement penser à Mandela m’inspire au plus haut point, lui qui a réussi à repousser les murs de sa prison pendant plus de 27 années à coups de réflexion. Pourtant privé de contacts familiaux et soumis à des conditions de détention extrêmement dures, il n’a cessé de grandir, de se développer en prison et renforcer ainsi son charisme et son influence politique. Une leçon de force de tempérament et de développement personnel.

Voici un court extrait d’une de ses lettres envoyée à sa femme , Winnie (1)

 […] Incidemment, on peut découvrir que la cellule est un endroit idéal pour se connaître, pour rechercher de façon réaliste et régulière le fonctionnement de son esprit et de ses sentiments. Honnêteté, sincérité, simplicité, humilité, pure générosité, absence de vanité et disponibilité à aider les autres – ces qualités qui sont à la portée de tous – sont les fondements de la vie spirituelle.

On attend souvent qu’un aléa nous bouscule pour entreprendre une réflexion et devenir  « maître de son destin » selon les vers de William Ernest Henley que Mandela aimait à répéter. Certains événements nous incitent à réfléchir. Typiquement cela peut être le décès d’un proche, l’approche d’un anniversaire de quadra ou quinquagénaire, la maladie, le burnout… Et si confinement lui aussi nous invitait à saisir cette opportunité ?

A notre échelle, ce confinement peut nous donner la chance de nous décloisonner, de « dé-confiner » notre esprit pour mieux nous connaître. Et pourquoi pas commencer tout de suite, là à l’instant où vous lisez ces lignes à progresser dans cette connaissance. A commencer par identifier vos valeurs. Elles sont notre véritable colonne vertébrale psychique, notre grille individuelle de décodage au monde. Elles peuvent s’avérer être de précieux guides dans la recherche de l’équilibre qui nous correspond.

Comment s’y prendre ? Voici un petit exercice facile inspiré de nos sessions StepChange. Pensez aux gens qui vous inspirent : personnes réels ou fictifs, proches ou publics, morts ou contemporains. Listez-les. A titre d’exemple, j’aurais dans ma liste personnelle le nom de Nelson Mandela. Voyez ensuite pourquoi ces personnes vous inspirent. En ce qui me concerne, chez Mandela, c’est sa liberté, son authenticité, son courage et sa persévérance qui forcent mon respect.  Faites cela pour 5 personnes minimum et voyez les récurrences, vous identifierez de cette façon plusieurs de vos valeurs clé.

Vous pouvez également poursuivre en décrivant les personnes que vous ne supportez pas et regarder pourquoi. Par exemple, personnellement, je ne supporte pas les  personnes fourbes, les « faux-culs ».  Ensuite, trouvez la valeur qui est heurtée chez vous. Ici, ma valeur heurtée par ces personnes est l’authenticité.

Après avoir découvert vos valeurs essentielles, il sera intéressant d’ examiner si vous vivez en concordance avec elles dans votre quotidien habituel (celui avant Corona s’entend). Qu’en est-il de chaque valeur dans votre vie privée, qu’en est-il dans votre boulot ? Par exemple, me concernant, puis-je être authentique dans mon travail ? Heureusement grâce à ma réinvention professionnelle, je peux aujourd’hui répondre  un grand « oui » à cette question….

Ceci n’est qu’un début, une mise en jambes vers une meilleure connaissance de soi. Il est important de poursuivre en examinant ses propres priorités, les tâches qui nous remplissent d’énergie, nos compétences et talents, nos moyens de communication préférés etc…  pour parvenir à mieux maîtriser le mode d’emploi de nous-mêmes.

A l’instar de Nelson Mandela,  ce confinement (qui, soyons clairs, n’a rien à voir ni de près ni de loin avec ce qu’il a vécu et enduré) nous donne la chance de mettre notre pensée à neuf, de nous réaligner, de nous forger une liberté qui dépasse les murs qui nous entourent. Et ainsi nous préparer à rayonner…

Et VOUS surtout, qu’en pensez-vous ?

 

Ariane Marchant

Ariane Marchant 

 

(1) Lettres de prison- Nelson Mandela – Robert Laffont

 

 

 

 

 

 

La réinvention de Diane

« Aujourd‘hui, je joue le rôle d’entrepreneuse, de marketeuse, de spécialiste en législation alimentaire … et de chef cuisinière aussi ! »

Nous retrouvons Diane Noyes qui s’affaire autour de ses fourneaux : « je démarre mon entreprise et je propose des plats à base de légumineuses aux particuliers et aux entreprises».   Sa mission professionnelle la porte littéralement : « Pour moi il est clé de participer à la protection de la planète et à la diminution de la souffrance animale » . C’est sur cet ancrage de mouvement positif pour la société que Diane Noyes vient de fonder Cool Beans Foods qui offre des plats préparés protéinés végétaux en alternative à ceux à base de viande. 

 

Petit flashback, il y a 2 ans et demi, Diane vivait aux Etats-Unis et occupait un poste de cadre dans une grosse multinationale. Un projet familial les fait atterrir à Bruxelles et Diane se retrouve forcée à réexaminer ce qu’elle voudrait faire pour la suite de sa carrière professionnelle : « A l’époque j’étais malheureuse, je ressentais un malaise parce que je ne savais vraiment pas quoi faire, j’avais beaucoup de migraines. C’était une période de stress, de déprime jusqu’au point d’en faire un burnout».

 

Diane a connu ce moment si inconfortable, cette situation de confusion, où l’on se pose beaucoup, parfois trop de questions. Elle nous livre trois conseils pour les personnes en questionnement sur leur transition:  

  • Premièrement,  je conseille de prendre le temps, d’être patient avec soi-même .
  • Deuxièmement : ne pas s’isoler, trouver de l’inspiration dans son réseau, parler aux gens pour comprendre comment d’autres ont traversé cette période.
  • Ensuite , quand on est prêt, qu’on a l’énergie, se faire accompagner par une organisation qui accélérera le processus de questionnement et de changement personnel et qui vous aidera à faire de ce changement une réalité ».

 

Mais comment s’y est-elle prise concrètement pour réaliser cette énorme transition à la fois géographique et professionnelle ?  Elle nous explique le parcours par lequel elle est passée :

« J’étais dans le doute et la confusion et la première chose a pour moi a été de décider de me faire accompagner pour m’aider à y voir clair : comprendre ma situation professionnelle actuelle, clarifier quelles étaient mes valeurs etc… et j’ai vu qu’il y avait des solutions à mon malaise. La deuxième étape, ce fut de me tourner vers l’avenir et d’imaginer tout ce qui était possible et de commencer à visualiser ce que je pouvais faire.

Enfin, la dernière phase fut celle de l’incubation des idées dans ma tête, pour ensuite me mettre en marche vers la création entrepreneuriale.

Et StepChange m’a aidée à franchir chaque étape de ma réinvention ».

 

 

C’est sûr que dans la plupart des transitions auxquelles nous assistons, le plus difficile est souvent le premier pas. Même si l’on se trouve dans une situation professionnelle très inconfortable, Il est difficile de se mettre en route vers l’inconnu. On ne sait pas comment et par où commencer.

Ce qui retenait Diane à entamer sa réinvention, d’après son analyse à postériori, c’était surtout « la peur de la médiocrité ».  Elle nous explique que lorsqu’elle travaillait dans de grosses boîtes internationales aux Etats Unis, elle se sentait importante et reconnue et que c’était très rassurant. En se lançant dans l’entreprenariat à très petite échelle en Belgique, Diane craignait donc de perdre en importance, de devenir insignifiante…

 Qu’en est-il aujourd’hui ? Aujourd’hui, la patronne de Cool Beans Foods dit se sentir extrêmement bien et alignée, et déclare avoir beaucoup plus le sentiment de contrôle sur sa vie. Optimiste, Diane a totalement transcendé ses peurs et ce qui lui importe, c’est de faire quelque chose qu’elle aime et qui l’anime. Aimer et Animer , deux mots qui se ressemblent et qui dans la réinvention professionnelle sont inextricablement liés.

 Et VOUS surtout, qu’en pensez-vous ?

 

Ariane Marchant

Ariane Marchant 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PS : Si vous aussi, vous voulez vous réinventez professionnellement, cliquez ici pour plus d’infos sur nos programmes.

 

 

 

 

 

 

 

Les 3 freins à la réinvention professionnelle

 

QUELS SONT LES 3 PREMIERS FREINS A LA REINVENTION PROFESSIONNELLE ?

 

Ca y est, nous publions les résultats de notre sondage réalisé auprès de 538 personnes. A la question « Pourquoi restez-vous dans un job qui ne fait plus sens pour vous ? », 38% citent d’abord la PEUR DE SE LANCER. Ensuite arrive une autre peur pour 24% des interrogés…
Explication et suite des résultats dans cette courte vidéo

Peut-être que vous aussi, vous êtes depuis trop longtemps dans un job qui ne vous correspond plus et que votre pensée tourne en rond. Si vous n’arrivez pas à voir clair et à avancer tout seul, nous vous proposons de vous aider à dépasser vos peurs. A mettre en route votre réflexion professionnelle dès maintenant.

Participez à un de nos ateliers et prenez rendez-vous avec nous pour une session découverte ici. Nous serions ravies de vous y accueillir. 

Trop jeune ou trop vieux pour une réinvention professionnelle?

 

Y-a-t-il un âge idéal pour se réinventer ? Est-ce trop tard à plus de 50 ans ? Est-ce trop tôt à moins de 30 ans ? Ce sont des questions que nous entendons souvent de la part des personnes que nous accompagnons et auxquelles nous allons tenter de répondre.

Si nous nous en référons aux personnes que nous conseillons dans nos ateliers, nous remarquons que la majorité se trouve DANS LA QUARANTAINE.

On peut dès lors se demander si le questionnement professionnel fait écho à la fameuse ‘mid life crisis’ ou encore ‘crise de la quarantaine’.  Le travail de Frederic Hudson  sur les cycles de vie peut nous aiguiller (1). Même s’il ne date pas d’hier, un peu rafraichi, il fait encore tout son sens.

Ce que dit Hudson pour la phase entre 40 et 50 ans, c’est qu’à ce moment, la finitude de la vie nous apparait et on commence à compter le temps qui nous reste dans notre vie et notre carrière. Il survient souvent une sorte d’urgence à vivre, un besoin de renouveau, une forte volonté de changement, et parfois même une remise en question totale.

Dans la quarantaine, l’individu peut prendre de grandes décisions et ce, pas toujours de façon réfléchie : divorce, changement de profession, déménagement, rupture de liens. C’est une période où, professionnellement, les personnes ne veulent plus faire de concessions et où elles réalisent que ce qu’elles ne font pas tout de suite ne se fera sans doute jamais.

Et pourtant, nous observons que cette « crise » aboutit souvent à des transitions professionnelles réellement bénéfiques car c’est l’occasion d’ adopter un nouvel angle de vue, positif, sur sa carrière. En effet, dans la quarantaine,  on ne doit plus trop se prouver professionnellement, on a encore une bonne fenêtre d’une vingtaine d’années de travail devant soi, les enfants sont déjà plus grands et on retrouve un peu de temps pour soi. On s’intéresse d’avantage au développement personnel, au recentrage sur l’essentiel, à ce qui fait sens pour soi. Nous entendons souvent à cet âge : « il faut que je trouve autre chose, mon job n’est plus en phase avec mes valeurs ». Ce qui explique que cette génération fait facilement la démarche de frapper à notre porte pour découvrir le travail qui est aligné avec leurs valeurs, leurs compétences, mais aussi leur intuition, leurs priorités etc… (2)

A cet âge, il est aussi important de vérifier s’il est essentiel de changer d’emploi pour combattre cette impression de malaise de milieu de vie. Peut-être est-il possible de le réaménager un peu, de solutionner quelques éléments bloquants actuellement et avez-vous simplement besoin d’un nouveau projet pendant votre temps libre ? Non, nous ne voulons pas dire par là qu’il faut céder au cliché de la Harley et de la queue de renard ou vous inscrire sur Elite.  Par chance, il y a des alternatives moins onéreuses ou qui font plus de sens ! À titre d’exemple, pourquoi ne pas apprendre une nouvelle langue, faire du bénévolat autour d’une de vos passions, vous initier à la permaculture ou enfin terminer les travaux de rénovation de votre maison ? Bouffée d’oxygène garantie.

Pour y voir clair sur la suite de votre vie professionnelle, l’essentiel autour de la quarantaine est de se mettre en marche avec une approche structurée pour ne pas se perdre dans toutes ces questions et éviter de tourner en rond en laissant toutes les options ouvertes.

 

Venons-en maintenant AUX MILLENIALS, (aux jeunes adultes, quoi!)- ils ont la trentaine. Comment se positionnent-ils par rapport à la réinvention professionnelle ?

Nous recevons de plus en plus de jeunes dans nos ateliers. Ce n’est finalement pas si étonnant sachant qu’ils l’accordent beaucoup d’importance aux valeurs et à l’éthique.  Ils ne sont pas prêts à accepter toutes les conditions de travail et connaissent bien leurs priorités. Ils accordent souvent également beaucoup d’importance à la valeur famille et la question du sens au travail est essentielle pour eux.

Aussi, les Millenials n’hésitent pas à investir dans leur développement personnel très tôt dans leur vie, sans attendre d’atteindre un point de saturation que le font d’avantage leurs aînés. 

A la trentaine, nous accompagnons essentiellement les personnes à identifier ce qui les anime en consolidant  leur identité d’adulte et leur confiance en soi. J’aimerais citer l’exemple de Marie C. qui, élève douée à l’école, a suivi un cursus universitaire en droit et en communication et qui s’est retrouvée pendant 5 ans cadre dans une grande société. A 29 ans, mère d’un jeune enfant, elle est venue nous voir car elle ne supportait plus son environnement professionnel; « je déteste le milieu de l’entreprise, je m’ennuie même si je suis fort occupée, je ne me sens pas à ma place » . Après son parcours de réinvention professionnelle, la voilà finalement de retour sur le chemin de l’école pour devenir institutrice maternelle -son rêve de toujours- mais « dans la famille, il n’était pas pensable que je ne fasse pas l’université ». Aujourd’hui, son plan de transition est ficelé, elle est radieuse, alignée et en parle avec aplomb et des étoiles dans les yeux. 

 

QU’EN EST-IL ALORS DES 50-60 ANS ? Changer d’emploi représente toujours un défi et lorsqu’on atteint la cinquantaine, il ne faut pas se voiler la face, cela demande plus d’efforts, surtout parce que nous avons d’avantage de peurs et de préjugés : « je suis trop cher », « je suis presque en fin de carrière, je ne trouverai plus rien », etc … Cependant, la réinvention est toujours possible, quel que soit l’âge.  J’en suis la preuve vivante, je me suis réinventée à plus de 50 ans, après un burn-out et passée de cadre en grosse entreprise à entrepreneur-coach, co-fondatrice de StepChange. Et je ne me suis jamais sentie si alignée professionnellement qu’aujourd’hui.

Quelle que soit la situation, qu’on ait encore des rêves inassouvis ou que, plus prosaïquement, l’on ait fait l’objet d’un licenciement et qu’on soit dans le besoin de trouver un travail pour les 10 années qui suivent, il y a des solutions. A cinquante ans, nous sommes encore pleins d’énergie et d’envies de réalisations. L’essentiel dans ce cas, est surtout de ne pas perdre de temps et de se mettre efficacement en route vers le job qui fait sens pour nous. L’avantage est qu’aujourd’hui il existe énormément de formations en ligne courtes, performantes et même souvent gratuites.

Mais cela demande un vrai travail de réflexion et de planification. Lorsqu’on accompagne une personne dans la cinquantaine, on veille plus que jamais à ce que son plan d’action soit très tangible, réaliste et débute rapidement.   

 

QUE VOUS AYEZ 25, 35, 45, 55 ANS…, si vous vous posez des questions sur votre avenir professionnel et ignorez par où commencer, il n’est pas facile de franchir le cap de la réinvention tout seul. Quel que soit votre choix d’accompagnement, il est judicieux de se doter d’une approche stratégique et concrète qui vous guide dans la réflexion et l’action.

Le parcours que nous avons mis en place chez StepChange est apprécié pour sa structure sur laquelle on peut réellement s’appuyer : il est rythmé sur deux mois , il comporte quatre étapes qui guident la réflexion et  permet ainsi,  pas à pas,  d’identifier le job qui fait vraiment sens pour vous, quel que soit votre âge.

D’ailleurs, pour paraphraser Marcel Jouhandeau ; « Il y a l’âge qu’on a, celui que l’on paraît et celui qu’on se donne. L’âge qu’on a est sans intérêt. Celui qu’on paraît me semble importer davantage, mais ce qui doit compter le plus, c’est l’âge que l’on croit avoir, selon lequel on agit ».

ET VOUS  SURTOUT, qu’en pensez-vous ?

 _________________________________________________________________________

(1)   Frederic Hudson (1934-2015), auteur californien de « The Adult Years » en 1999 était un expert dans le domaine du développement et du changement chez les adultes. Il a été le premier à observer que la vie se déroule en phases, une phase durant environ 10 ans et étant généralement associée à une transition.

(2)   Le StepChange Model est une méthodologie déposée, créée en 2016 par Laetitia van Wijck qui comporte en tout 14 dimensions dont les valeurs, compétences, priorités etc…

Article de : 

Ariane Marchant

Ariane Marchant

Co-Founder of StepChange, fully dedicated to Professional Reinvention|Entrepreneur, Coach&Trainer